Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2017

Quand sort la recluse, Fred Vargas

fred vargas,quand sort la recluse,romans,romans français,romans policiers

Résumer une intrigue de Fred Vargas, quand son intrigue, dite policière, ne tient parfois qu'à un fil de la toile tissée bien large par les soubresauts capricieux des brumes d'Adamsberg est déjà une lourde tâche, mais quand les fils qui se croisent, croisent les intrigues du deuxième plan qui se superposent à celle du premier ... Pfff, j'abandonne ...

Quelques repères quand même : au début, Adamsberg est toujours en Islande et Danglard, devenu un peu moins con, le fait revenir pour cause de meurtre à sa mesure. Après, cela ne s'arrange pas pour Danglard, qui devient encore plus con qu'avant, par paliers successifs. Pour Adamsberg, on peine à le reconnaître, contrairement à d'habitude, il a la déambulation efficace, voire fébrile.

On n'arrive pas à le suivre, vous me direz c'est comme d'habitude, alors, mais non ! parce que normalement, on le perd dans la lenteur, alors que là il brûle les étapes, il va presque trop vite. Rien qu'en trois chapitres, il vous boucle un meurtre crapuleux, déjoue les plans d'un violeur voyeur qui espionnait l'intimité de la salle de bain de Froissy ( l'adjointe de la brigade qui cache dans son armoire les réserves en cas d'urgence et en cas de naissance de merles), et s'agrippe à vision de l'araignée recluse, la tueuse qui ne peut pas tuer.

Le bestiaire vargassien se remplit à la même vitesse qu'un nid de tarentules, ce qui n'exclue pas les pensionnaires fidèles, même si le pigeon joue les filles de l'air, le chat,  est toujours roulé en boule sur la photocopieuse, toujours nourri par Violette Retancourt, selon un rituel désormais immuable. Les araignées recluses font donc une entrée remarquée par le biais d'une tête de murène qui se liquéfiait dans le bureau de Voisenet. Le  point commun, me direz vous ? les deux se cachent dans des trous.

Les protopensées, ou bulles d'Adamsberg se mettent à bouillonner, ou plutôt, à cause de son nouveau rythme, à se télescoper en rafales. Les victimes des araignées pas tueuses, mais timides, sont des octogénaires, groupés autour de Nîmes, et dans leur enfance, orphelins dans le même pensionnat de la Miséricorde, où ils n'avaient rien d'enfants du bon dieu. 

Adamsberg se prend pour Magellan et guide la brigade, sauf Danglard, qui continue à devenir con dans son coin, dans des criques cul de sac en cherchant le détroit de la sortie ... Vargas, a du lire "Du domaine des murmures" et une recluse en appelant une autre, l'araignée télescope les souvenirs d'un pigeonnier qui avait frappé le commissaire, dans un coin de champ, près de Lourdes. Depuis, sa recluse lui pèse sur la nuque, quand il y pense, et il pense beaucoup dans ce volume. Il pense par mots interposés, il nous fait du Lacan en coup du coup de la chèvre de monsieur Seguin.

Et pendant que les merles se nourrissent de framboises et de cakes, Veyrenc va finir par se noyer dans la garbure avant de trouver le détroit socratique.

Bref, tout le monde est là, à sa place, ou presque, parce qu'il faudrait recadrer le Danglard quand même, sinon, dans le prochain, on va finir par le perdre. Et calmer aussi un peu les bulles d'Adamsberg parce que quand même, elle débordent un peu ...

 

 

Commentaires

Rien compris, mais je m'amuse bien! C'est le dernier, que touts vantent?

Écrit par : keisha | 19/05/2017

Répondre à ce commentaire

Je te rassure, on comprend mieux le roman que mon "résumé", Vargas sait y faire ! C'est bien le dernier sorti, je n'ai pas encore d'avis sur lui, mais je vais m'y lancer maintenant.... Il est très bien, je trouve, même si, il y a un tant soit trop de Vargas dedans, un concentré qui fait qu'il faut être une inconditionnelle, je crois, pour s'y lancer ( et avoir lu les précédents, sinon, flop assuré !)

Écrit par : athalie | 20/05/2017

T'inquiète, j'ai eu ma période Vargas, j'en ai lu plein, des deux séries d'ailleurs, j'ai un peu abandonné, mais j'aimais bien.

Écrit par : keisha | 20/05/2017

Répondre à ce commentaire

Dans celui ci en déjà dans le précédent, les deux séries se rejoignent, les historiens pénètrent dans le pays d'Adamsberg !

Écrit par : athalie | 23/05/2017

Tu es allée jusqu'au bout ? Je n'ai pas lu les derniers opus mais j'aimais bien les premiers. En revanche, j'ai vu et écouté l'auteur dans la grande librairie et j'ai éteint au bout de minutes car l'auteur ne semblait pas savoir pourquoi elle était là et moi non plus !

Écrit par : maggie | 21/05/2017

Répondre à ce commentaire

Oh que oui, que je suis aller jusqu'au bout ! et rapidement en plus ... Mais il faut avoir lus tous les précédents pour s'y retrouver, sinon, tu prends le train en marche, et à mon avis, tu rates la marche !

Écrit par : athalie | 23/05/2017

J'adore tes recadrages!

Écrit par : Valérie | 22/05/2017

Répondre à ce commentaire

Je suis pas certaine d'être très cadrée sur ce coup là ^-^

Écrit par : athalie | 23/05/2017

J'adore ce billet mais du tout cette auteure qui a pourtant beaucoup de succès.

Écrit par : luocine | 29/05/2017

Répondre à ce commentaire

Merci pour le billet ! Je suis étonnée que tu n'aimes pas Vargas ! Tu as tenté les premiers de la série Adamsberg ?

Écrit par : athalie | 30/05/2017

Écrire un commentaire