Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2011

Un envoi de A.M.L.

Un truc forcément pour nous, au lieu de dépenser des sommes indignes pour des trucs qu'on aurait pu faire nous mêmes, enfin, quand on en aura le temps ....

Athalie (de la part d'A.M.L.)

 

25/02/2011

Masphlafle (3) et fin pour l'instant !!!

le hour (155).JPGMastaflash de première main (celle de A.O. et à destination de la table de salon de A. de Nantes) et ça marche très bien.
Donc, au départ, un meuble, avec un dessus plat et tout pourri : trous, bois rongé, colle de formica impossible à enlever, rainures qui confinent à la fente, voire à la faille .... Mais le reste tient bien et est plutôt joli. Bref, on veut le garder ce meuble.
On prend de la colle à carrelage grise ou blanche, pot selon la grandeur de la surface à recouvrir. Pour indication, la moitié d'un petit pot suffit pour un dessus de buffet classique. On prend un fond de peinture, couleur foncé de préférence, on prend moins de risque. Surtout avec la colle grise, une couleur claire ne va pas se voir. Avec la blanche, je ne sais pas, je n'ai pas essayé encore.
On mélange les deux tout doucement dans un bol. Il faut que la pâte reste quand même assez épaisse. Il faut donc procéder par à coups et en mélangeant régulièrement. Puis, avec un pinceau on étale le tout sur le dessus du meuble. Il faut quand même aller assez vite parce que le mélange durcit rapidement et on ne peut pas trop rattraper les traces.
On laisse sécher deux à trois heures. Selon les goûts, on ponce au doigt quand le mélange n'est pas encore tout à fait sec ou au papier à poncer quand c'est plus sec si on veut un résultat plus lisse.
Le résultat donne un aspect béton ciré brut et irrégulier mais très sympa et en plus solide. J'ai ensuite passé une couche de vitrificateur (on peut mettre du vernis aussi ou du du fondur) pour être sûre de l'imperméabilisation. Mais, je pense qu'en fait ce n'est pas nécessaire.
J'ai fait cette tentative il y a trois ans, et le résultat n'a pas bougé ....
Coût total 10 euros (à la place de 50 et quelques) et  une demi heure de boulot ...

Une autre mastaflashe

P8250964.JPGAutre mastaflash, mais plus basique. ça marche pour les meubles et pour les planchers, pour toutes les vieilles cires bien collantes et bien teintées, comme les aimaient nos grands mères. Comme on a plus le temps de cirer et d'accumuler les couches de cire, maintenant, on décire pour vernir ou vitrifier.
Parenthèse : j'ai longtemps été, comme beaucoup, contre la vitrification et pour le fondur plus vernis ou cire. Depuis, que j'ai vitrifié mes parquets, contrainte et forcée par une copine qui avait vitrifié les siens, alors qu'elle avait longtemps été pour le fondur plus cire, je vitrifie tout. Je vitrifie même à la place de vernir. Pas plus difficile à appliquer et plus solide.
Décirer donc, première étape d'une renaissance d'un parquet ou d'un meuble.
Solution un : aller dans un grand magasin de bricolage et acheter un décireur. Cher. Appliquer le décireur et frotter. Parce que ce n'est pas parce que c'est marqué décireur que ça décire tout seul.
Quitte à frotter, solution deux : prendre un paquet de lessive Saint Marc et mélanger à de l'eau chaude. Prendre une brosse et frotter pareil que pour la solution un de toute façon. Selon le nombre de couches de cire, on obtient une espèce de pâte assez infecte et marron. Donc, il faut rincer à l'eau claire. Laisser sécher. Plus de cire normalement. Y'a plus qu'à poncer.
De toute façon, on y échappe jamais au ponçage. Pas encore trouvé de mastaflash pour remplacer cette étape là. Hélas.

 

19/02/2011

la matafla(s)ch(e)

le hour (154).JPGL'orthographe exacte n'est pas connue et restant à définir, on peut avoir des débats là-dessus ... L'idée de base de la mastaflas(c)h(e) est de mélanger plusieurs produits basiques et pas chers pour obtenir le même résultat que le produit tout fait et cher vendu chez Casto et Leroy Merlin. Evidemment, les produits basiques et pas chers ne sont au départ pas du tout faits pour obtenir le résultat demandé. Sinon, ce ne serait pas drôle.
Les meilleurs spécialistes de la mastaflash que je connaisse pour l'instant sont Alain, Anne et Isabelle. Mais ils n'ont pas de blog. Pour l'instant.
Donc la dernière recette de mastaflash tentée par moi même sera exposée dans l'article suivant.
L'équivalent en cuisine de la mastaflash est le gloubiboulga, dont je suis à ma connaissance l' éminente représentante et spécialiste. Mes enfants sont d'accord avec moi. D'ailleurs,ils les adorent. Cependant, il n'y aura jamais de recettes de gloubiboulga sur ce bloo, j'aurais trop honte que d'autres sachent ce que mes enfants mangent quand leur père n'est pas là. Parce que le gloubiboulga, c'est uniquement quand on est tous les trois. Dès fois, on le mange même aux chandelles avec une jolie table mise. Comme ça ils ne voient pas ce qui est dans leur assiette. C'est aussi parce que cela les fait rire. Surtout parce que cela les fait rire, en fait.
Le principe du gloubibulga est le même que celui de la mastaflas(c)h(e) : on prend ce qu'il y a dans dans le frigo et on mélange, avec plein d'épices, de beurre ou d'huile d'olive pour faire passer. Un seul principe de base, il faut un lien, donc crème fraiche ou oeuf obligatoire. Voire les deux.