Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2014

Cadres noirs Pierre Lemaitre

th.jpgUne lecture peut être phagocytée par la pratique de Candy Crush. La preuve. Comme j'étais bloquée de puis un certain temps au niveau 113, je m'agaçais  .... Et comme il faisait beau dans le fond du jardin, je m'échinais à lire ce livre et à jouer ( pas en même temps, quand même, mais réciproquement, j'ai encore des bonbons qui passent devant les yeux en écrivant cette note ...). Un niveau avec des bombes qui explosent sans prévenir, un peu comme dans ce thriller, d'ailleurs. Ce qui fait que je risque de mélanger. Pas sûre d'avoir passé le niveau pour ce livre-là ... Un thriller psycho ( un peu), socio, beaucoup.

Le héros est un homme ordinaire, ou presque, c'est un courageux, un valeureux du chômage. Un homme bien honnête, aimant sa femme et ses filles. Il aimait son travail, sa vie pépère, il était cadre, stratège du mercating et de ses rouages. Il n'est plus rien. depuis quatre ans, il pointe. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a mis du sien pour rester dans dans la course à l'emploi. Trop vieux, c'est tout. Il a accepté tous les petits boulots, le sourire compatissant du jeune de Pôle emploi, il est un pro du C.V. refusé. Presque sa dignité à lui, rester dans la course. De dignité, il lui en reste peu, mais encore un petit bout de quelque chose qui va lui faire refuser de se faire botter les fesses (au sens propre ...) par un petit chef dans l'entreprise où il emboîte des boîtes de médicaments dans les fins de nuits glauques que partagent avec lui un clochard céleste et un futur traître acquis au patronat. Un salaire de misère, mais un semblant d'être encore, un peu embauché. Ce sera le coup de fesses de trop.

Et puis l'annonce, une annonce inespérée, un poste à sa valeur, à ses compétences, presque promis. Alain se conditionne, Alain en est capable, il peut y arriver, l'avoir, il se prend à rêver, prêt à tout pour revenir à sa vraie place, celle de celui qui gagne, juste, gagne sa vie. Sauf que pour l'avoir ce poste, il va devoir renier tous ses principes, d'abord parce qu'il n'en a plus, et ensuite, parce que le principes moraux ce n'est pas ce qui arrête les meneurs, les vrais. Ceux qui  ont les cartes en mains, alors qu'il n'a que son désespoir. 

Un thriller de l'emploi qui brûle ses arrières, se moque de la cohérence et pointe avec autant d'exagérations que de justesse, ce que cela fait le mépris de soi. Alain marchera sur tout, sa femme ses filles, ses amis, au nom du saint emploi à retrouver. 

Sauf que moi, j'avais un niveau à passer dans la course aux bonbons ; du coup à force de courir deux lièvres, j'en ai loupé un. Il faut donc lire ce livre sans jouer à Candy Crush. Morale du soir.

 

PS ; j'ai passé le niveau, avec moins de dégâts que le héros, pas même un boster d'utiliser, alors que lui, il en sème partout !!!

 

REPS : quelqu'un saurait pourquoi on ne gagne jamais le jack pot sur la roue du jour ? j'ai un stock de rouleaux cocos à échanger ...