Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2011

Courir Jean Echenoz

Avant hier matin, entre autres choses, j'ai essayé de ranger ma bibliothèque, enfin, pour être plus juste, j'ai tenté (en vain), d'y faire rentrer Sanctuaire du coeur à une place logique. Du coup, j'ai dû déplacer les E, et dans les E, il y a les Echenoz, tous les Echenoz, depuis le début, dans leur blanche combinaison de chez minuit, blottis les uns contre les autres, loin des Zola aux grandes machineries qui couinent tellement qu'on les entend venir, avec leurs couvertures toutes différentes, dépareillées et foutraques. Non, les Echenoz, ils respirent l'élégance aristocratique d'un mec qui se permet de ne publier que tous les deux trois ans ce qui fait que ce ne sera pas cette année qu'il y en aura un de plus. Lequel noter ? Parce un blog de lectrices, sans Echenoz, du coup, me paraissait boiteux, presque indigent, voire illégitime.... mais comment noter un truc qui ne tient que par le fil d'un style ? j'ai frôlé l'abandon, le découragement avant même la ligne de départ. Bon, Courir, alors, parce qu'au milieu de Ravel et Des éclairs : la trilogie biographique.

Courir raconte l'histoire de Zatopek, enfin, une histoire possible, revue par Echenoz. Emile de son petit nom, a 17 ans lorsque les Nazis envahissent la Moravie et autre chose à faire que de s'en occuper. Non qu'il s'entraine, il n'est même pas sportif, non, qu'il soit vraiment quelque chose d'ailleurs, il est apprenti dans une usine de caoutchouc et aspire vaguement à autre chose, une figure esquissée, sans grande forme, pas beau, pas laid, mais gentil, avec de grandes dents qui sourient tout le temps. Par hasard, il se met à courir, par hasard, il se met à y prendre plaisir. Et puis, le voilà militaire sous les Soviets, et puis voilà qu'il se met à gagner, une sorte de funambule aux gestes maladroits, aux sourires grimacés dans l'effort, il gagne sans aucun style par contre lui, alors que tout le récit tient dans celui d'Echenoz. A coups, comme toujours, de petites phrases courtes, d'adjectifs rares et juste là où cela dérange l'évidence, l'écrivain rythme la course de celui qui va devenir un héros national, bien que à sa foulée défendante, ou même pas, indifférente et différente, un destin qui passe. C'est drôle aussi, au détour d'une carrière qui se termine un peu comme elle avait commencé, sur des malentendus, simples serrements de coeur quand les défaites arrivent, qu'elles s'enchainent, le corps trahit, c'est logique, pas pathétique, mais toujours sur le fil tenu d'une mélancolie douce d'une légende sportive (paraît-il ...) Zatopeck semble hors du temps, la guerre froide, la réalité du réel, il la voit floue, il n'a pas l'air d'y croire vraiment. Il court dans une histoire décalée, décalquée, comme si elle n'était pas la sienne. C'est prenant comme des images d'archives en noir en blanc, d'un temps qui n'est plus celui de la course, mais juste celui d'un temps qui est passé, pas restitué, entre deux.

Le livre se termine avec une pirouette échozienne digne de toute distance parcourue : "Bon, se dit le doux Emile. Archiviste, je ne méritais pas mieux. "

Athalie

PS : mais comment on fait pour rattraper les mecs qui courent devant, avec si peu de classe ? Bon, je dirais une autrefois ma fascination pour la course à pied. C'est comme Port Royal, l'ascétisme, tout ça ...