Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2016

Les suprêmes, Edward Kelsey Moore

les suprêmes,edward kelsey moore,romans,romans américainsPourquoi un livre dont les personnages principaux sont des femmes noires et dont le titre évoque irrésistiblement celui du nom d'un groupe musical " à voix black" des années soixante, qui se déroule justement dans ces années là et justement au USA, parlerait de la lutte des femmes noires dans une Amérique encore largement influencée par le ségrégationnisme ? Ou de chanteuse aux cheveux tellement lissés qu'on dirait des perruques ?

Finalement, c'est le premier mérite de ce livre où les trois femmes-héros sont noires ; et que d'ailleurs elles ne le seraient pas que ce serait quasi la même histoire. Quasi, parce que quand même, l'histoire se déroule dans cette communauté et que le racisme ordinaire, elles en connaissent les conséquences. Mais ce ne  sont que des à-côtés du noyau central, qui est juste une histoire d'amitié extraordinaire de trois femmes très ordinaires et même pas héroïques. Ou alors d'un héroïsme ordinaire, une amitié forte et solide comme le sycomore où est né Odette. Clarice, elle, fut le premier bébé noir à voir le jour à l'University Hospîtal, chez les bébés blancs. Le snobisme de sa mère ayant vaincu les différences de couleur de peau, elle marquera ainsi l'histoire. Les deux filles grandissent, Odette, la pas très belle et la pas très aimable, Clarice, la pianiste talentueuse qui aurait pu tomber amoureuse de mieux. Barbara jean, qui devient la troisième suprême, est celle qui avait tiré la plus mauvaise carte de départ ; la mère la plus alcoolique, la misère la plus crasse, les tenues les plus vulgaires, mais aussi le physique des plus canons, genre bombe montée sur talons. Celle aussi qui a fait le plus beau mariage des trois et traîne dans sa grande maison vide un ennui qui lui fait vider les bouteilles de gin en solitaire.

Clarice est passée à côté de sa vie mais garde la tête digne de celle qui n'a rien vu, et Odette est en proie à des bouffées de chaleur qui la laisse pantoise, en pleine conversation dans la cuisine avec le fantôme de sa mère. Cinquante ans ont passé depuis que les trois jeunes filles ont été baptisées les Suprêmes, lors des soirées passées chez Earl père, au son du juke box et au goût de banana split, elles se connaissent sur le bout des ongles vernis de Barbara Jean et se retrouvent flanquées de leur mari respectifs, le dimanche après l'office, chacune dans son église, autour d'une table chez Earl fils. Le lieu n'a pas trop changé, juste une histoire de nappes ...

Le roman se coule dans leur petite histoire à ces trois femmes, entre illusions perdues, désillusions et fidélité, finalement, à ce qu'elles étaient et chacune l'une à l'autre, miroirs et béquilles. Les fantômes d'Odette se rapprochent quand même, surtout celui de Eléonor Roosevelt, qui a la fâcheuse tendance à boire un coup de trop et à s'accrocher aux basques des futurs morts. Ainsi, le roman flotte entre gravité et légèreté, et se lit sans déplaisir aucun, même si la trame en est fine et plutôt convenue.

Cependant, j'ai trouvé que  c'était son charme principal, que de prendre le sérieux de biais, sans trémolos ni tralalas. Juste une histoire du temps qui passe, parfois fait mal avec un coup de trop, de femmes ordinaires dont il se dégage une chaleur sans longs discours moralisateurs.