Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2012

La couronne verte Laura Kakische

imagesCA4STF03.jpgEn fait, je ne sais pas de quoi il parle ce livre ... Juste que j'ai enfilé les pages comme d'autres enfilent les Sky juice. Enfin, auraient dû les enfiler, jusqu'à plus soif même, en bikinis ravageurs, toutes cloques de coup de soleil explosées à l'ombre du bar de la piscine du grand hôtel pour ados passablement regressifs. Et finalement, ça va pas être le paradis prévu.

Trois ex-lycéennes-futures-étudiantes-petites-filles-sages-petites-bougeoises partent pour trois jours de vacances, "un rituel de passage" vers l'âge adulte, pour fêter de devenir grandes en fanfare d'exotisme banal et de cocktails acidulés dans un paysage limité au grand hôtel et à la mer où vivent des poissons. Exotiques aussi, les poissons.

Terri, c'est la blonde, un peu troisième roue du carosse, mais qui s'en moque et compte bien "profiter". Anne, c'est l'amie de toujours, celle sur qui on peut compter ( elle m'a fait un peu penser à Claude, dans Le club des cinq, mais en moins aventureuse, une Claude avec du Annie dedans). Michelle, c'est pareil, un mélange des deux, Annie d'abord, Claude après, sauf que en plus mystique, (faut dire que, le mysticisme du club des cinq ...). La timide se transforme en diva dès qu'elle ose chanter, sauf qu'elle se demande bien où se trouve le porteur de spermatozoïdes à qui elle doit la couleur de ses yeux. Elle sait seulement que sa maman a payé cher le sperme musicien.

Depuis que ces deux là sont amies, c'est-à-dire depuis toujours, elles ont bien écouté les conseils de leurs maman : ne pas parler aux inconnus, ne surtout pas, de surcroit, suivre un inconnu, ne pas jouer seule devant la maison etc. Facile à faire dans la petite ville de l'Illinois. Mais dans le "rite de passage", cela s'avère plus compliqué. Parce qu'elles sont seules dans l'aventure organisée du "rituel" de l'hôtel mexicain, peuplé de plein d'autres comme elles, qui sont venus sea, sex and sooner jusqu'à déborder. Terri, ça lui va. Anne et Michelle, moins. A côté de l'hôtel, se trouvent les ruines d'un temple maya, ruines témoignant d'un rite millénaire, pyramide du haut de laquelle a coulé le sang des vierges, en hommage au dieu, en un temps où les vierges se laissaient faire. Et puis voilà. Le guide croisé au bar a les yeux bleux du spermatozoïde manquant, ce qui va mettre en sourdine les derniers écho des bons conseils de maman.

Il est trop "récit métaphorique d'un itinéraire d'une enfant angoissée à la quête de soi même" avec autres clichés cartes postales exotiques ou psychologiques. Mais moi, je me suis laissée prendre, parce que quand le vernis craque, ce n'est pas beau ce qu'il y a sous les peaux bronzées. J'aurais presque préféré la quête du spermato.

Athalie