Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2011

Le Livre d’Hanna Géraldine Brooks

Haggadah.jpgEn attendant le dernier Vargas que mon homme n'a pas encore réussi à m'offrir ....

Un petit bouquin sans doute anecdotique, ce n'est pas du grand, mais on n'en pas toujours besoin de lire du grand, ça fatigue Madame Bovary tous les jours, et puis au moins, on n'est pas décue, pas comme pour Homo erectus, par exemple...

Un livre pas prise de tête et bien construit, un peu cousu de fil blanc, mais ce n'est pas très grave : une spécialiste de livres anciens australienne, qui a quelques soucis de communication avec sa mère ( des pages savoureuses, sur le rapport à la réussite, et un innocent pied de nez à l'image de la femme féministe qui a réussi, mais pas tout, finalement, c'est pas original, mais moi, ça m'a fait rire ...) rencontre un livre rare ancien, une sorte de Bible juive si j'ai bien compris, et y relève des peites miettes de rien du tout : un poil de chat, une trace de vin ... des traces de rien qui servent de prétexte aux retour arrière qui retrace l'histoire du livre perdu, oublié et et retrouvé (reperdu ?), des traces pour dire l'histoire des persécutions millénaires contre les juifs en Europe depuis la fin del Andaluz (j'adore ce mot).

Un livre qui balade son lecteur de guerres en guerres, ça n'a pas l'air gai, les persécutions contre les juifs, non plus d'ailleurs, c'est pas gai. Mais j'ai aimé parce que c'est érudit sans être pontifiant, et puis ça cause de traces et de transmission et moi, j'aime bien les traces et les transmissions.

 Athalie