Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2013

Le retour à la terre 5. Les révolutions, Jean Yves Ferri, Manu Larcenet

Deux révolutions à mener pour ce dernier tome :

Côté vie intime : Manu doit s'autogérer. Mariette a repriLe retour à la terre, les révolutions, Manu Larcenet, Jean Yves Ferris la fac, Mariette a sa vie à elle, Mariette travaille, Mariette laisse Manu à la merci de ses affres intérieurs ... Manu fabrique une chatière, une qui s'ouvre des deux côtés pour l'émancipation de Speed, et la sienne. Manu en est fier, même si la chatière finalement a quelque chose en commun avec une boite à Pandore inter Atlantes, que Speed peine à en accepter l'ingérence dans son libre arbitre, la révolution, il s'en méfie. Pas Capucine, qui s'en sort pas mal d'avec son libre arbitre et tient des conversations sybillines avec madame Mortemont, toujours là, à veiller à un futur grain possible. Petit à petit, Manu reprend du poil de la bestiole, fer à repasser bien en main et nouveau look de la Redoute un poil vintage fromage de chèvre sur le dos.

Côté village : la campagne municipale bat son plein d'escarmouches ; tracts, pétitions, intimidations, dénonciations et chantages, intérêts personnels. On dirait presque une vraie, à la mesure du microcosme entre rond-point des champs et supermarché des prés. Larcenet et Ferri s'amusent comme des petits fous à flirter avec ce qui pourrait presque être une forme de bande dessinée engagée. Manu s'entraîne à la résistance, Capucine accrochée à la manche du bras, celui qui ne tient pas le crayon ou le fer à repasser. Manu s'apaise, quelques Atlantes farfouillent encore dans le frigidaire, la nuit, mais elles font moins de bruit, les tensions se font plus discrètes  ...

Et la série se termine dans une fête à la Astérix, un joyeux tintamare de réconciliation avec soi et les autres. L'air de rien ...

Cinquième et dernier épisode de la relecture de la série avec Hélène. Il ne me reste plus qu'à retourner voir ailleurs, en résistant à l'envie, pour le moment de relire l' autre série géniale du même auteur "Le combat ordinaire".