Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2014

Cats Kang Hyun-Jun

Ce manga ( qui se lit à l'endroit, ce que je n'avais pas compris tout de suite ...) est la preuve incontestable que l'âme des chats est universelle ( ce dont j'étais déjà persuadée, du fait que mes chats successifs, mon chat actuel, et ceux que je peux observer par ailleurs, prennent ce postulat au pied de la lettre, comme les humains, d'ailleurs, sauf que pour les chats, c'est vrai) et aussi que le japonais (l'homme) est étrange (pour moi, mais ça aussi, je le savais déjà aussi vu mes échecs successifs et redondants face à la littérature nippone).

De courtes historiettes mettent en scène des aphorismes : "le chat ne voit pas l'homme qui balaie, mais seulement le balai" est par exemple indéniable (ça marche aussi avec la serpillière et la fragola, je sais de quoi je parle ...) , de même que "Le chat peut dormir comme un homme alors que l'homme ne peut pas dormir comme un chat", illustre, entre autres la supériorité évidente de l'animal pour qui se rouler en boule la patte derrière la tête n'engendre aucune courbature. ou encore, une autre évidence qui m'a fait vraiment rire "le chat pense qu'il est humain" ce qui conduit "l'homme à oublier qu'il est un chat", légitime que l'on se retrouve à expliquer à une bestiole faussement candide que vous commencez à en avoir franchement assez qu'il salisse les draps de ses pattes sales ( dans le manga), qu'il confonde le sèche linge avec un hamac (chez moi). Le chat japonais, comme tout chat normal fait les choses essentielles dans le même ordre, il dort, se lave, mange, dort, se lave, mange ... C'est rassurant et plutôt drôle.

Là où j'ai ouvert des yeux étonnés, c'est sur le propriétaire de chat japonais qui nourrit son chat avec une pêche à la ligne ou s'en sert comme moyen d'obtenir un baiser indirect de sa petite amie, les allusions scatologiques, l'immaculé carrelage des W.C qui semble servir de litière au félin ... C'est parfois un peu étrange, mais l'humour passe et l'on passe un moment d'identification plutôt amusant. 

Un manga qui m'a été offert par ManU (ben, je ne fais pas des SP¤ mais ceci est une SB¤). Merci beaucoup ! 

¤ Service de presse

¤Service de blogs

14/10/2014

Césaré Fuyumi Soryo

cesare,fuyumi soryo,bandes dessinées,mangasMoi, je croyais que les mangas, c'était une B.D pour nuls de l'histoire, avec des personnages aux grands yeux et des dialogues limités à "Akaï", "Bong", "t'es mort" (je ne sais pas comment on dit "t'es mort" en japonais mais "Akaï", c'est "vas-y" et "Bong", c'est "j'ai gagné, t'as perdu", enfin, selon moi). En plus, lire à l'envers,le temps que je me sorte de ma tentative liseuse et que je retrouve mes vraies lunettes, je la voyais pas percutante l'expérience. Mais, trop tentée par C. de Jardin buissonnier, je me suis lancée. Et le problème, est que je ne peux plus m'arrêter ( au point que j'ai souscris à une carte de bibliothèque, vu que fiston et fifille ont refusé de continuer à me laisser de la place sur les leurs, les ingrats....) Du coup, maintenant, j'ai les mains qui tremblotent et la sueur au front dès que je m'approche de l'étagère des mangas, trop peur que la suite ait été empruntée, je vais finir par les planquer ailleurs, pour être sûre. Mais je sens que le bibliothécaire me guette du coin de l’œil torve de la répression de la lectrice fanatique ..)

Ce manga se situe dans le temps des Borgia, et il arrive à ressusciter l'architecture de la Renaissance, y flotte même un air de reconstitution historique à l’atmosphère fétide, fleurant bon le crime, les trahisons, les alliances contre nature, les complots en sous-mains et les rancunes tenaces. Et même si Césare y gagne les fameux grands yeux et la chevelure flamboyante en gros plans fixes, le genre Méduse du Caravage en noir et blanc, on est loin du pays de "Oui-Oui".

Le Césaré est encore bien jeune, un tant soit peu idéaliste, voire révolté lucide face aux accointances du siècle entre la religion et la politique, cultivé à l'excès, débatteur en diable et étudiant intermittent à l'université de Pise.

Dans cette université , il est le chef de la confrérie des espagnols, être le bâtard reconnu d'un cardinal n'étant pas plus choquant qu'une élection du pape contrôlée par des intérêts politiques. Il va y prendre sous son aile ( sombre, mystérieuse et d'autant plus attirante que sa chevelure en plan fixe est noire de jais), le jeune Angelo, blond, évidemment, lui, comme les blés de l'innocence. Angelo est le petit-fils d'un artisan de Florence, patronné par Lorenzo Médicis en personne, pour reconnaissance de son intelligence hors pair. Sauf que le blondinet, il est ignorant des usages en usage dans l'échelle du respect dû aux grands. C'est ainsi qu'il ignore les marques de la politesse envers le leader obligatoire des étudiants florentins, le fils de Lorenzo, Giovanni Médicis. Il accumule les entorses à l'étiquette et son franc parler naïf laisse bruire les futurs retentissements dans l'ombre des futurs super puissants de ce monde riche en intérêts divergents, et obscurs, surtout obscurs d'ailleurs pour l'instant ... (bon, si vous avez lâché maintenant la lecture de cette note, sachez que dans la vie réelle, j'en suis au cinquième tome, et que donc, après, je ferai plus court, normalement ...)

L'élection du nouveau pape se profile, le père de Césaré attend dans la semi pénombre, les pauvres grouillent à la porte de Pise, Savanarole rôde. En attendant les tomes suivants , je me laisse savourer cet étonnant voyage dans le temps et dévore des yeux la délicatesse d'un paysage toscan, des clairs-obscurs baroques aux détours du raffinement d'un dessin, la délicatesse d'une tapisserie ou d'un plafond à caisson, les rendus d'un sol pavé.

En plus, c'est en noir et blanc, c'est dire ...