Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2013

Paulina 1880 Pierre Jean Jouve

imagesCAYLNC3U.jpgCe livre résonne d'échos littéraires d'un autre temps, il en devient un écrin exotique pour une histoire baroque, courte, exaltée et tragique, un destin de femme hors du commun et de tout naturalisme.

Paulina est la quatrième enfant d'une famille d'aristocrates italiens. La mère ne compte pas, elle s'est retirée en religion. Le père et un des trois frères veillent sur la jeune fille. Passionnée, excessive, elle brûle d'un romantisme noir, adore les images pieuses conmme d'autres les sacrifices païens et sanglants.

Riche et belle descendante, elle grandit, vouée au mariage, elle est convoitée, et donc surveillée et (bien) gardée. C'est un trésor que l'on enferme le soir à clef au fond du vieux palais où plus personne ne frissonne. Sauf que, le désir va venir gratter à la porte interdite en la personne de Michelle Cantarini, un comte ami de la famille de Paulina, de vingt ans son aîné, marié. Et Paulina va ouvrir la porte et trahir son père, et trahir son dieu. Amoureuse et sensuelle, la passion interdite des corps se heurte à la passion de la foi et cela fait des étincelles ...

Le texte se met au diapason de cette fiévreuse descente de l'âme dans les tourments de la culpabilité : étau mystique entre Lui et Lui, Paulina se hante elle-même. Les très courts chapitres alternent la voix exaltée et tendue de la jeune fille, au rythme frénétique, grave et comme possédé, très fin de siècle diabolique, et celle d'un narrateur extérieur qui reprend en écho la lutte entre aimer la chair et aimer le sang du christ. Les phrases courtes, le rythme saccadé qui souffle sur les braises ardentes de la tragédie, donnent un ton vraiment singulier à cette histoire à la thématique d'un autre temps mais j'ai vraiment apprécié cette impression surannée.

Paulina rejoint les grandes figures de ses femmes, "dandyes de la passion" que l'on peut retrouver dans "Les chroniques italiennes" de Stendhal, notamment, qui s'engouffrent dans le malheur d'un fait divers tragique comme d'autres se délectent d'un verre de lave fondue. Très décadent .....

Une lecture commune avec eeguab, grâce à qui je me suis enfin lancée dans ce roman noté depuis longtemps chez Ingannmic