Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2016

Je n'ai pas peur, Niccolo Ammaniti

je n'ai pas peur,niccolo ammaniti,romans,romans italiensSous la chaleur d'un été dans les Pouilles, Michele, le narrateur, sa petite sœur et les quelques enfants du village, passent le temps comme ils le peuvent. A peine une dizaine de maisons, des champs, une mare d'eau boueuse, un caroubier, cet univers confiné et asséché offre peu d'échappatoire à l'ennui des gamins. Rackam est le chef, et aussi le plus stupidement violent, un autre, Salvatore, est un peu plus à part. Il est le meilleur ami de Michele. Son père est l'homme le plus riche du village, tous les autres pères ont, un moment ou un autre, travaillé pour lui. Tout le monde se connait, depuis toujours et même depuis trop longtemps. C'est un lieu dont on voudrait partir, pour aller à la mer, manger une glace ... Personne n'en a vraiment les moyens.

Pendant que les parents vivotent, les enfants courent les champs et les chemins, à vélo, en se jetant des gages dont la victime sort toujours humiliée. Rien de bien neuf sous le soleil de l'enfance. Et puis, un jour, une ferme où les cochons ont un appétit féroce mène les enfants vers une maison abandonnée, et un gage conduit Michele vers un prisonnier qui y croupit et le prend pour un ange ...

L'atmosphère est lourde et pesante, comme le secret du village que le petit narrateur de neuf ans va peu à peu découvrir, et sans le vouloir vraiment, mettre le pied dans l'engrenage des grands, qui n'est pas plus beau que ses jeux d'enfants et bien plus inquiétants que ses cauchemars. Au moins dans les cauchemars, on sait que les monstres n'existent pas et que l'on peut les garder dans son ventre. Mais ici, c'est la réalité qui est peuplée de ces monstres aux visages familiers.

Je pense que j'aurais pu adorer ce livre, mais finalement, l'invraisemblance de la situation dans ce cadre, justement, si réaliste, m'a peu à peu gênée, sans doute aussi, parce qu'à la taille de l'enfant, les motivations des grands restent dans l'ombre, inquiétante à souhait, soit, mais aussi quelque peu nébuleuse.

 

 

20/12/2014

La solitude des nombres premiers Paolo Giordano

la solitude des nombres premiers,paolo giordano,romans,romans italiens,romans adolescence,famille je vous haisUn livre où l'on apprend que "les nombres premiers ne sont divisibles que par un et par eux-mêmes", et qui retrace une histoire de jumeaux dont "le véritable destin consiste à rester seuls". 2760889966649 est Mattia, 276088996651 est Alice et "La solitude des nombres premiers" est le second livre lu de mon tas ramené de l'excursion avec ma copine C. de jardin buissonnier, excursion destinée à dénicher des livres qui faisaient rire. Même seulement sourire. "Noces de neige", c'était déjà pas çà, mais alors là, on atterrit très loin du point de base ...

Les deux trajectoires de ces deux personnages, OVNI du monde, commencent chacune par un drame qui les propulsent chacun dans le leur, de monde, et les ferment radicalement à celui des autres. 

Pour Alice, cela aurait pas être rien d'autre qu'un banal accident de ski, un jour de brouillard, un péroné qui claque, et on n'en parle plus. Mais Alice n'avalera pas cette chute, cet "oubli" paternel, et rapidement, l'adolescente n'avalera plus rien, s'enfermant en elle et dans la salle de bain, loin du père, et elle promène avec obstination et impuissance ses doigts sur les cicatrices cruelles du corps et de l'âme.

Au lycée, Alice se terre et se frotte peu aux autres. Jusqu'au moment où Viola, chef de bande, va jeter son œil séduisant et prédateur, sur l'adolescente. 

Mattia, lui, est l'autre jumeau solitaire, solitaire d'une autre jumelle dont il porte l'indicible différence, à jamais coupable d'un autre "oubli". Il est d'une autre planète, autosuffisante, et si si lui se nourrit, c'est de chiffres. Surdoué, muré, il attire et refroidit toute tentative d'approche.

Pourtant, ces deux là vont se croiser, se reconnaître, ou plutôt, reconnaître en l'autre le miroir sans fond de leur solitude. d'années en années, ils vont tenter de se toucher, de se joindre, bulle contre bulle et silences contre silences.

Dans les premières pages, ce livre m'a agacée, un livre de trop pour moi sur les adolescentes souffrances, et puis non, pas vraiment, ou pas seulement. Parce que les personnages marchent sur une corde si raide et si coupante, si vibrante, que l'on n'a pas envie de les laisser tomber, sans savoir si au bout de la démarche claudicante qui est la leur, sur le fil de ce rasoir qui les sépare, ils n'arriveront pas à se regarder, et à, éventuellement, prendre vie. 

10/08/2014

Le tort du soldat Erri de Luca

C’est une première rencontre pour moi avec cet auteur connu et reconnu et que je ne connaissais pas, je veux dire que j’avais un nombre étonnant de fois, soulevé un de ses livres de la pile de nouveautés et qu’à  chaque fois, je l’y avais reposé. Pourquoi ? Aucune idée ….

Seulement voilà, il y a quelques mois, je suis rentrée dans une petite librairie indépendante dans une petite ville un peu éloignée de mes points d’achats d’habituels, et il m’est impossible de ressortir d’une petite librairie indépendante posée dans une ville quelque peu oubliée des grands axes culturels, sans contribuer à la cause. J’ai choisi, pour mon geste de solidarité, ce petit livre, en grande partie parce qu’il était petit, il faut le dire. C’est donc un petit geste de solidarité ….

Et sans doute un mauvais choix de ma part, car, je dois le dire, je suis restée parfaitement hermétique à l’intérêt de ce texte. Intouchée par les personnages et leur histoire, un récit alterné d’une rencontre unique et fortuite, et des conséquences, restées sans lendemain, à leur propre connaissance.

Le premier récit est tenu par un intellectuel italien, spécialiste de l’écrivain juif Isaac Bashevis Singer, assassiné par les nazis durant la seconde guerre mondiale. Il est en train de traduire du Yiddish le dernier chapitre du dernier roman de cet auteur, qui a deux fins différentes. Un truc autour de la vérité, auquel je n’ai pas compris grand-chose. Il vagabonde entre souvenirs de ses visites à Birkenau, évocations du Ghetto de Varsovie et récit des ses escalades montagnardes, notamment celle qui le mène à l’auberge de la rencontre dans les Dolomites. Il y croise un couple, le père et sa fille. Un échange de regards plus tard, ils partent, et lui aussi, chacun de leur côté. Exit l’intellectuel.

La femme croisée prend la suite, elle se révèle être la fille d’un criminel nazi, non encore débusqué, et donc toujours en fuite, et surtout toujours nazi dans l’âme, convaincu que son seul tort est « le tort du soldat », c’est-à-dire d’avoir obéi  et d’avoir perdu la guerre, et que la guerre a été perdue car l’idéologie nazie ne s’est attaquée qu’à la population juive et non à l’âme juive. Affublé d’une fausse identité, il a vécu à Vienne sous un uniforme de facteur et tente de résoudre les mystères de la kabbale pour atteindre la compréhension de l’échec  …. Sa fille n’a rien voulu savoir de ses crimes, elle a décidé de l’accompagner de cette indifférence, elle décrit cet homme sans haine et sans amour.

 

Du coup, moi, j’ai trouvé cette histoire quelque peu plate : une femme frigide de la tête,(seul frémissement, le souvenir des vacances enfantines sur une île de soleil et le frôlement des mains d’un jeune garçon, muet …) un érudit solitaire et un nazi droit dans ses bottes et silencieux. Ces personnages me sont restés des énigmes, passant dans un décor peu animé, quelque chose d’un peu guidé et étriqué où même les Dolomites me sont apparues esquissées avec un arrière plan de Suisse Normande ( enfin, telle que je m’imagine la Suisse Normande, c’est-à-dire avec les couleurs du chocolat Milka, ce qui n’a strictement rien à voir avec le roman !!!!). Je me suis donc égarée en ces pages, sûrement très belles et bien écrites et un auteur à retenter, dans quelque temps ….