Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2013

Mémoires du duc de Saint Simon (2)

1004964-Louis_XIV_par_Rigaud.jpgQuand ses enfants ( les illégitimes) foutent la honte à papa Louis XIV.

Les trois soeurs ( issues de Louis et de la Montespan) n'en finissent pas de se prendre la tête. L'aînée est vraiment laide, mais comme c'est l'aînée, papa Louis XIV a ordonné aux deux autres de lui montrer le respect en l'appelant "Madame". Il y en a une qui se moque et désobéit à l'injonction royale en lui donnant du "Mignonne" ... Monsieur (le frère de Louis) qui passait par là, rapporte le mot à Louis. Rapporter ce n'est pas bien, c'est sûr, mais Monsieur a souvent un petit côté faux derche, il faut bien l'avouer ... Il faut dire qu'il traînait tellement de casseroles derrière lui que le soutien de son frère valait bien quelques entourlupes aux peu de principes qu'il avait déjà.

Le coup bas porte toujours ses fruits et la moqueuse se fait vertement rappeler aux ordres de sa majesté. Vexées, les trois soeurs se rabibochent le temps de leur vengeance et font éclater moult pétards sous la fenêtre du vilain rapporteur. Son sommeil en fut troublé. C'est dire l'importance de la chose.

Mais ce n'est point tout, loin s'en faut ... pendant ce temps-là, un des fils illégitimes se ridiculise à la tête de son escadron lors d'une opération guerrière offensive où il semble qu'il aurait quelque peu tourné le dos à l'ennemi, ce qui ne serait pas si grave si cela ne s'était su. De rage, plutôt que de tancer le fautif, le royal papa en casse sa canne sur le dos d'un valet qui passait par là, et s'en moque comme de son premier cure-dent.

C'est dire l'importance des hommes.

Du même auteur sur ce même blog :

Mémoires du duc de Saint Simon (1)

 

23/05/2013

Mémoires du duc de Saint Simon (1)

1004964-Louis_XIV_par_Rigaud.jpgVersailles, ton univers impitoyable etc ...

Que je vous raconte les nouvelles du jour. Saint Simon, le perfide, a enfin réussi à s'introduire dans la proximité de la cour, comme il a des yeux de serpent, il voit tout, et des oreilles de vipère, il entend tout.

Louis XIV est vieux, 54 ans et il y a une nouvelle maitresse, pas toute jeune non plus et point très drôle, c'est La Maintenon (l'ex gouvernante de ses enfants illégitimes avec la Montespan, qu'il vient de virer de sa couche pour cause de lassitude sans doute, on ne sait pas trop). Le problème est qu'il se retrouve à gérer ses deux familles, la légitime, et l'illégitime.

Dans l'une, la légitime, il a un neveu à marier, Monsieur le duc de Chartres, fils de son frère, donc, Monsieur tout court qu'il s'appelle (enfin pas vraiment, mais c'est pour ne pas embrouiller) et de madame (la deuxième Madame, la première, c'était Henriette, elle est morte dans des conditions pas très nettes, un truc genre verre d'eau glacée qui lui a tué le ventre, ben oui, c'est fragile les princesses, moi, par exemple, je peux boire plein de verre d'eau glacé, cela me rafraichit, mais pas Henriette, ça l'a brûlée, allez savoir ... ). La deuxième madame, on la surnomme "La Palatine", d'abord parce qu'elle vient du Palatin, et ensuite ... Je ne sais pas. Mais c'est un genre d'éléphanteau germanique dans les porcelaines de Versailles.

 Dans l'autre ( la famille illégitime), Louis XIV a une fille à marier. Donc, logique, il va les marier ensemble, et deux de casé, et la batarde d'être transférée dans le giron royal. Le père du neveu à marier est contre, la mère aussi et le neveu aussi. La future mariée n'est pas au courant. Le Louis XIV a décidé et a doté (richement) donc acte. La Palatine fait la tronche, (elle n'aime pas les mélanges légitimes et illégitimes), fiche une beigne retentissante à son fils en pleine sortie de conseil royal, juste avant la messe, ( son fils qui était contre mais quelqu'un a dû oublier de le dire à sa mère), la promise (mademoiselle de Blois, pour ceux que ça interesse) se réfugie sur les genoux de son ex-gouvernante, la Maintenon. Papa royal laisse tout le monde se démerder.

Fin du psycho-drame, en attendant le suivant.

Et d'un mariage troussé !