Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2015

Qui touche à mon corps je le tue, Valentine Goby

qui touche à mon corps je le tue,valentine goby,romans,romans français"Qui touche à mon corps je le tue" croise l'histoire de trois personnages dont deux se retrouveront , à la fin, mais "croiser" et "retrouver" sont deux bien grands mots pour cette ultime rencontre. Comme personnages aussi, en fait, d'ailleurs, disons ... silhouette de personnages ou "écorchés de personnages", comme les écorchés du Moyen Age regardent leur peau posée à côté d'eux, et c'est un peu le cas pour ces trois là.

Il y a Lucie L., "Lux" pour les intimes, c'est-à-dire elle même et sa mère, (sa mère de quand elle était petite). les autres n'ont pas le droit d'entrer. Lucie est en train d'avorter par ses propres moyens, elle attend que le corps étranger se détache d'elle. Son mari est au front, et au lieu de donner naissance à un futur soldat, ainsi que le voudrait l'idéologie alors dominante, elle se débarrasse de sa future maternité, pour elle impossible, sans remords et dans la plus grande solitude.

Il y a Maie G., faiseuse d'anges, elle attend son exécution dans la cellule où jamais la lumière ne s'éteint. Pétain a refusé sa grâce, forcément. (personnage inspiré de Marie Louise Giraud ?). Elle est devenue avorteuse, sans conviction féministe, elle a tenu la poire et le savon presque par hasard, pour rendre service et puis aussi pour "en" profiter un peu, pour toucher du doigt une vie plus soyeuse, de ses mains crevassées de blanchisseuse.

Enfin, il y a son bourreau, Henri D. (personnage inspiré de Jules Henri Desfourneaux, là, c'est certain, c'est marqué à la fin du livre). Lui, il connaît la date et l'heure de la mort de Marie. Dans une journée à peine, il va appuyer sur le bouton de la guillotine. Alors, son corps, il le travaille vers la déshumanisation pour pouvoir couper en deux un autre corps, sans rien ressentir, en s'oubliant et en oubliant l'enfant qu'il a été.

Les trois récits, et là encore récits est à nuancer car ils sont très impressionnistes, emplis de pointillés qui dessinent les contours des mêmes motifs ; la mère, l'enfant, l'oubli, la fusion et la déchirure, s'étendent d'une aube à l'autre, des récits en clair-obscur.

Après avoir beaucoup apprécié "Kinderzimmer", avoir été un peu refroidie dans mon parcours découverte de l'auteure avec "Banquises", me voilà encore plus circonspecte après la lecture de ce troisième titre, dont je me demande s'il ne sera pas le dernier ... Non pas qu'il soit piètre, il est de bonne facture, mais les mots m'ont glissé dessus,comme la bruine sur un ciré. Même, je me suis surprise à me regarder le lire, tableau d'une lectrice accomplissant son devoir avec application. Je me suis forcée à lire tous les mots, alors que mes yeux étaient déjà au bas de la page, je les remontais d'un coup de lunettes. "Pas de triche, Athalie, pas de ça, tu reprends la phrase, non, tu ne l'as pas vraiment lue, plus haut, c'était juste un peu la même, c'est tout ..;"

Finalement, c'est surtout la singulière figure du bourreau qui m'a retenue. Dépressif, alcoolique, servile et quasi mutique, il exécuta la mort de quelques centaines de personnes en même temps que la sienne. Un personnage de l'ombre que j'aurais aimé voir davantage mis en lumière, justement, du coup. (Mais bon, j'ai bien compris que tel n'était pas le but de l'auteur, tant pis pour moi !)

22/02/2014

Banquises Valentine Goby

banquise.jpgJe vais faire dans le facile. Disons que ces « Banquises » m’ont laissée quelque peu de glace ... Malgré de bien belles fulgurances de temps en temps, j’ai eu un trop plein de chiens ...

Lisa est la narratrice par intermittences de son histoire et de celle de sa sœur, Sarah qui, il y a 27 ans, est partie pour le Groenland, sans trop de raisons, et n’en est jamais revenue, sans aucune raison. Elle a disparu. Elle avait 22 ans et, mélomane avertie et passionnée, parcourait jusque là plutôt le monde des salles de concert. Elle en analysait les particularités acoustiques, les sons chauds et froids, cherchait les salles qui sonnaient juste. 27 ans après, c’est toujours le silence et le vide. Les parents sont restés dans le deuil et n’ont jamais déclaré officiellement Sarah morte. La mère surtout, se débat encore avec cette absence si pesante qu’elle a tout absorbé dans l’ombre de Sarah, même Lisa. Surtout Lisa, celle des deux qui était là, et pour sa mère, celle qui n’était plus présente.

La maladie du père force le deuil à enfin se clore. 27 ans après, Sarah est enfin morte. Et c’est alors que Lisa peut partir sur ses traces. Elle veut retrouver le même endroit, l’ombre faite sur une photo rescapée, une montagne, elle veut en retrouver l’angle de vue. Et c’est loin.

Le récit alterne les deux moments, la plongée dans la disparition, la recherche des traces de l’ombre. C’est dans le premier récit, celui qui revient sur le passé que j’ai trouvé les fulgurances : la mère qui attend, la lente attente, la bataille contre le souffle du répondeur, ces amis qui appellent sans laisser de message, comment savoir si ce n’est pas elle ? ne plus sortir, ne plus vivre pour attendre celle qui n’est plus, ne plus pouvoir redresser une dernière fois l’écharpe qui pendouille au cou de sa fille. Le père lui, petit à petit va s’autoriser quelques moments de joies, furtives, et Lisa, qui va fuir Sarah pour pouvoir exister.

C’est dans sa quête de l’ombre que je n’ai pas suivi Lisa. Au Groenland, elle a vu beaucoup trop de chiens pour moi. Elle a vu la banquise aussi, mais moins, d’abord parce qu’elle est en train de fondre et ensuite parce qu’il a plein de chiens dessus. Enfin, je trouve ... Ils sont partout dans le village, ils aboient, mangent salement le poisson, se sont abattre quand ils ne sont plus nécessaires (la pêche n’est plus possible à cause de la neige qui fond, donc plus de traîneaux et plus de chien de traîneaux). Bêtement, je me suis focalisée sur les chiens : pourquoi en parler autant ? Y’a peut-être une symbolique qui m’a complètement échappée, j’avoue ( bon, je dois avouer encore, je ne suis pas forte en symbolique de chiens, à vrai dire, les chiens m’indiffèrent, mais ce n’est pas le propos, le propos est que Sarah en avait la phobie, donc pourquoi la photo avec des traces de chien...) Là aussi j’avoue, la question m’a laissée de marbre, bêtement toujours, j’ai laissé Lisa se débrouiller avec la réponse et suis partie voir ailleurs ... J’ai quand même fini le bouquin, hein., histoire de voir ...

Donc bien moins emballée que par Kinderzimmer de la même auteure.

20/11/2013

Kinderzimmer Valentine Goby

Ce livre n'est pas un livre de plus sur la déportation, sur les camps de concentration et sur l'horreur, toujours là, toujours indicible, toujours dite. En même si, d'ailleurs, un livre de plus ne peut ici être un livre de trop, je crois, je crois aussi que ce qu'il aurait de toute façon le plus à craindre, c'est qu'il n'y ait plus assez de lecteurs pour ce sujet ...

Comme "Le rapport de Brodeck" ( un Claudel qui fleure l'excellente littérature sur la pourriture de l'âme humaine, et elle fleure sévère), "Kinderzimmer" raconte les faits, en sortant du témoignage "brut", pour s'interroger dessus, ou plutôt sur le comment dire le brut maintenant qu'il s'éloigne, que les témoignages directs, se feront, pour cause naturelle, de plus en plus rares. Et sans pathétique. Pour moi, je trouve que c'est important le non-pathétique. C'est une de mes amies qui me l'a appris, elle dit que si tu cherches à faire pleurer dans les chaumières avec ta crasse et ton malheur, ce n'est pas la compréhension que tu obtiendras, ni même des larmes. Elle ne dit pas "crasse", vu qu'elle l'a assez vécue ( c'est une ancienne déportée, juive hongroise, elle est passée par la tente de Ravensbrück, pour ceux qui ont lu le livre, cela en dira assez, je pense.)

Il y a un récit dans "Kinderzimmer", l'histoire de Suzanne à Ravensbrück et des fragments qu'elle a pu connaître de celle des femmes du même coin de son block, des françaises, déportées politiques, comme elle. Suzanne est jeune, très jeune. Dans la résistance, elle codait des messages avec des notes de musique. Un soir, elle est restée coincée avec un messager inconnu dans un réduit du magasin. De cette nuit là, elle est enceinte. Trois mois plus tard, elle est arrêtée, quelques jours plus tard, elle est à Ravensbrück. Rien ne peut laisser présager ce lieu ni ce qu'il peut y arriver, une grossesse y est une anomalie dans un monde inconnu.

L'histoire de Suzanne est peut être vraie, et sans doute pas, pas vraiment, sûrement inspirée du témoignage de Marie Josée Chambart de Lauw ( résistante déportée et affectée à la zindezimmer, elle est remerciée à la fin du livre par l'auteure). Elle sonne juste. De l'horreur de tomber pendant les appels, de la terreur de se lever, de celle de ne plus y arriver, de la terreur et de l'envie de survivre, de la tentation de se laisser glisser, de s'en remettre à la fatigue et à la saleté, de s'en remettre au chien pour arrêter, de s'en remettre au hasard, finalement, de croire en la survie possible d'un bébé ; dans la Kinderzimmer, elle est de trois pour des bébés vieillards.

Avant, pendant et autour de la naissance de James, il y a d'autres femmes, des soutiens ou des ombres dangereuses, plus de soutiens quand même, même si, Suzanne le comprend, l'amour dans les camps peut faire mourir. Elle aime, soutient dans la mesure où c'est juste possible. Un récit en grande retenue.

Cependant, ce qui m'a aussi vraiment touchée, ce sont les reflexions initiales sur les mots et le dire. Suzanne devenue témoin de l'horreur, devant une classe, achoppe sur une phrase, qu'elle a pourtant si souvent prononcée : "Nous marchions jusqu'à Ravensbruck", parce qu'elle réalise que ce n'est pas possible à dire ça, que dans l'ignorance du lieu et de ses "règles", de ses mots singuliers, les mots d'après n'ont pas de sens. Ils reconstruisent ce qui n'était qu'inconnu. Ils ne peuvent être partagés, pas même au retour. Les mots de Ravensbrück désignent une réalité à jamais étrangère.

Oui, vraiment touchée, parce que moi, face aux mots que disent ceux qui sont revenus, j'en finis par comprendre que le poids de leur véracité, l'écho qu'ils me renvoient, je le comprends, oui, je le comprends, et je ne comprends rien à ce que sont réllément ces mots là, cette réalité là.

 

Un livre que je joins à la proposition de non challenge de Galéa.